(C) Disney

Le Retour de Mary Poppins

20 mars 2019

Date de sortie: 19 mars 2019

Disney a fait le pari de créer, plusieurs décennies plus tard, une suite au classique des classiques: Mary Poppins.

Pas une tâche facile! Premièrement ce film révolutionnaire a marqué toute une génération qui a par la suite fait connaître ce chef d’oeuvre à leurs enfants et leurs petits enfants. Mais surtout, tout le monde associe Mary Poppins à son interprète, la légendaire Julie Andrews.

Dans Le retour de Mary Poppins, Michael et Jane Banks sont maintenant devenus des adultes. Michael vit avec ses enfants et toute la petite famille tente de se remettre du décès de l’épouse de Michael. Jane l’aide tant que bien que mal avec les enfants qui eux tentent de faire leur mieux afin d’aider leur père à traverser cette période difficile. N’ayant pas respecté les conditions de paiements d’un prêt fait auprès de la banque, la famille reçoit une bien triste nouvelle: les sommes dues doivent être remboursées en l’espace de quelques jours sinon ils perdront leur maison. Heureusement, Mary Poppins descend du ciel pour venir aider la famille Banks à retrouver le bonheur malgré les nuages gris et les mauvaises nouvelles. Avec l’aide de son ami Jack, l’allumeur de réverbères, elle utilisera sa magie afin de mettre de la lumière dans leurs vies.

Pour ce qui est du film, cette comédie musicale et suite originale est grandement inspirée de la recette du film originale. Peut-être même un peu trop. On retrouve tous les éléments de base du film de 1964: un père préoccupé et trop affairé pour prendre le temps d’être heureux avec ses enfants, les enfants qui créent des problèmes en tentant d’aider leur père, Mary Poppins et son sac magique dans lequel se retrouvent des items plus grands qu’il ne peut le contenir, les scènes mélangeant l’animation et les scènes de prises réelles et les numéros musicaux grandioses. On a changé les ramoneurs pour des allumeurs de réverbères et Jane suit les traces de sa mère en étant elle aussi impliquée dans des manifestations et mouvements sociaux.

Avec la technologie d’aujourd’hui, le réalisateur Rob Marshall a pu être encore plus fou que dans le film original. Avec les moyens à sa disposition, il est beaucoup plus facile de faire cohabiter personnages réels et personnages animés dans un même monde. Ayant pu facilement tomber dans le piège d’utiliser l’animation 3D, il a préféré garder l’esprit du film des années 60 en conservant le format 2D ce qui rend le tout encore plus charmant. Ayant une grande expérience en comédies musicales et en leur adaptation cinématographique, les numéros de musique et de danse sont impressionnants et réussis. On sent que la distribution a un réel plaisir à jouer dans ce monde fantaisiste. Le seul bémol à ces moments musicaux: les chansons sont beaucoup moins marquantes que celles des frères Sherman, ces maîtres de le mélodie et du ver d’oreille.

Le plus grand défi selon moi était de trouver la nouvelle Mary Poppins. Pourtant, Rob Marshall savait déjà qui il voyait dans ce rôle et ce , tout au début du projet. Et on comprend pourquoi. Emily Blunt est parfaite dans le rôle. Elle a su s’inspirer de Julie Andrews tout en y ajoutant à la fois sa touche personnelle mais aussi des traits du personnage que l’on retrouvait dans les livres mais qui n’étaient pas présents dans le personnage incarné par Andrews. Moins stricte et sévère, plus espiègle et joueuse, elle lance quelques phrases à double sens. Les enfants Banks n’a pas besoin d’ordre et de discipline comme dans le film original. Cette fois ils ont besoin d’une grosse dose d’imagination et de plaisir alors on a le droit à une version plus enjouée de Mary. En plus d’apporter une toute nouvelle énergie au personnage, on est moins porté vers le jeu des comparaisons puisque le personnage est en quelque sorte assez différent.

La distribution est un gros point fort de cette production. Lin-Manuel Miranda, un habitué des comédies musicales et créateur de la pièce Hamilton, est marquant dans le rôle de Jack tout comme Colin Firth dans le rôle du méchant banquier. Ben Whishaw et Emily Mortimer dans le rôle de Michael et Jane Banks jouent à merveille ces enfants devenus adultes qui se souviennent de Mary Poppins mais qui ne peuvent plus croire à ce qu’ils ont vécu étant petits. c’était sans doute leur imagination…

Et impossible de passer sous silence la présence de Dick Van Dyke. Dans Mary Poppins il interprétait le ramoneur-dessinateur Bert ainsi que le banquier M. Dawes Senior. Dans Le retour de Mary Poppins, il devient M. Dawes Junior et qui a une influence majeure sur le dénouement des problèmes des Banks.

Dans les suppléments, on a d’ailleurs droit à une vignette sur Van Dyke qui redécouvre après plusieurs décennies la fameuse allée des cerisiers. On se sent privilégié d’assister à un tel moment. Un documentaire sur le tournage du film et des vignettes sur les différents numéros musicaux sont également disponibles. On a également droit à la version  »chantons ensemble » du film.

Malgré le scénario prévisible si on a vu l’oeuvre originale,  on passe somme toute un excellent moment à visionner le retour de cette nounou descendue des nuages.

Laisser un commentaire